Problématiques - Le chiot et la "propreté"

L'apprentissage de la "propreté" - L'élimination différée

Ça y est, vous venez de ramener chez vous cette adorable boule de poils que vous attendiez avec tellement d'impatience, depuis que vous l'aviez choisie il y a quelques semaines chez son éleveur. Votre chiot a maintenant 8 semaines et il est déjà "propre", selon les critères canins, car il a normalement appris auprès de sa mère à ne plus faire ses besoins sur le lieu de couchage et de nourriture.
Cependant, contrairement à ce que vous pourriez escompter, il lui reste à apprendre à se soulager conformément à vos attentes en matière de propreté qui vont bien au delà, c'est à dire : en dehors de l'habitation et au moment prévu pour cela. Il s'agit donc pour lui d'apprendre à différer ses éliminations en termes de lieu (à l'extérieur) et de temps (idéalement, selon vos contraintes), mais attention de ne pas lui demander l'impossible.

Il convient ici de préciser que le terme "propreté" (ou "malpropreté") tel que nous, humains, le concevons est impropre concernant le comportement naturel d'élimination du chien. En effet, la "propreté" au sens canin signifie éliminer en dehors du lieu de couchage et rien d'autre.

C'est cette divergence de conception qui rend indispensable une phase d'apprentissage pour le chiot, afin qu'il acquiert les bonnes pratiques, selon les critères fixés par les humains.
Internet Chiot et tennis site.jpg Votre rôle dans ce processus est fondamental.
Il va consister, dès les premiers instants, à établir avec votre chiot une relation de confiance, afin de recréer avec lui le lien d'attachement qui vient d'être soudainement rompu avec sa mère et sa fratrie.
Grâce à cette confiance, il pourra trouver l'équilibre émotionnel indispensable à la réalisation de l'ensemble des apprentissages nécessaires à une bonne adaptation à son nouveau milieu de vie auprès de vous.
Patience et indulgence vis à vis de votre petit animal seront alors primordiales !

Les indications ci-dessous devraient vous aider pour guider votre chiot vers un bon apprentissage de l'élimination différée.
Quand sortir votre chiot ?
En préambule, un peu de physiologie.
La mise en oeuvre des mécanismes sphinctériens est progressive jusqu'à l'âge de 6 mois, on ne peut donc pas attendre du chiot une capacité à se retenir plusieurs heures avant cet âge. A 2 mois, il ne peut pas se retenir plus de 1h30 à 2h00 dans la journée, 3h00 ou 4h00 la nuit.
Vous l'avez compris, ceci va nécessiter de votre de part beaucoup de disponibilité pour lui, pendant quelques temps.
Aussi, il convient de vous organiser afin de proposer à votre chiot des sorties régulières, à des moments propices, en particulier après ses repas, une période de sommeil, une partie de jeux qui sont des moments où le chiot élimine spontanément.
Si vous ne pouvez faire preuve de la disponibilité nécessaire, il vous faut prévoir que votre chiot va tout naturellement éliminer dans la maison. Vous pourrez alors préventivement et à titre temporaire, matérialiser par un journal ou une serpillière, un endroit à cet effet. Cependant, vous devez savoir que ceci peut ralentir l'apprentissage du chiot à éliminer à l'extérieur.

Important : surtout ne privez pas votre chiot de boire, en pensant réduire ainsi ses besoins d'uriner. Disposer d'eau en permanence est l'un des besoins fondamentaux du chien, ne pas le satisfaire risque de porter atteinte à son système urinaire et de ce fait, fragiliser sa santé.

Avant tout, soyez conscient que cet apprentissage est individuel ! Il dépend des conditions d'élevage et/ou de captivité (animalerie, refuge...) dans lesquelles le chiot se sera développé avant d'arriver chez vous.
Il vous faudra donc montrer beaucoup de patience s'il ne progresse pas aussi vite que vous le souhaiteriez.
Où emmener votre chiot ?
Attention, vous ne devez pas emmener votre petit animal n'importe où. Vous allez donc identifier des endroits appropriés pour ses sorties.
Il est recommandé, au moins dans les premières semaines, de promener le chiot en laisse, de l'emmener toujours aux mêmes endroits, que vous aurez choisis plutôt au calme et aussi propres que possible. Les premières fois, le chiot pourra mettre du temps à éliminer car il ne trouvera pas sous ses pattes un sol identique à celui auquel il était habitué dans son élevage. Il conviendra alors de le promener calmement (en l'amenant éventuellement sur des terrains différents) jusqu'à ce qu'il trouve un endroit où il se soulage et de l'y ramener la fois suivante.
Évitez les situations qui vont distraire le chiot de faire ses besoins, telles que :
  • les lieux avec de la foule et de l'animation,
  • les endroits fréquentés par d'autres congénères,
  • ne le sollicitez pas pour des jeux qui vont le mettre en agitation...
Vous pourrez ensuite prolonger la promenade afin que le chiot n'associe pas "besoins faits" avec "fin de la balade", car il pourrait alors en venir à se retenir.
Quand votre chiot s'est soulagé, il n'est pas nécessaire de vouloir le récompenser par une friandise, ou en le félicitant, car ceci n'aurait pas de sens pour lui. En effet, il trouve naturellement de l'autosatisfaction dans le fait d'éliminer.
Recommandations si vous disposez d'un jardin :
  • n'en laissez pas l'accès libre (porte toujours ouverte) au chiot, car il pourrait alors considérer l'extérieur et la maison comme un même espace et ne pas apprendre à se retenir dans la maison,
  • sortez votre chiot dans la rue, même avant l'âge de 3 mois, dans un endroit que vous aurez soigneusement sélectionné, afin de poursuivre une bonne socialisation au milieu extérieur, sans attendre les derniers vaccins. Cette familiarisation, capitale avant la 12ème semaine de son développement, permettra au chiot d'acquérir de meilleures facultés d'adaptation à l'environnement urbain quand il y sera confronté (chaque fois que vous l'emmènerez en ville).
Quelle attitude adopter en cas d'élimination intempestive ?
Vous avez maintenant compris que quelques incidents allaient inévitablement se produire.
Si votre chiot vient à éliminer dans la maison, quelles que soient les circonstances (en votre absence ou en votre présence) surtout, ne le disputez pas, ne lui infligez pas de punition et ne lui mettez pas le museau dans ses déjections. Il ne ferait qu'apprendre à vous craindre sans comprendre les raisons de votre conduite. En effet, s'il vient de se soulager avant votre arrivée, il ne fera pas le lien entre ses éliminations et votre colère. Si vous le surprenez en pleine action et que vous l'interrompez, il va associer à cela qu'il ne devra plus éliminer en votre présence, ceci éventuellement quel que soit l'endroit, même en promenade. Il pourra alors attendre d'être de retour à la maison où il procédera en se cachant de vous.
Après avoir ramassé ou épongé, de préférence hors de la présence du chiot, il est conseillé de nettoyer ensuite à l'eau vinaigrée dont l'odeur ne l'incitera pas à recommencer au même endroit (contrairement à l'eau de javel).
Et ensuite ?
Ces conditions très générales vont vous permettre, ainsi qu'à bon nombre de propriétaires, de conduire un bon apprentissage. Cependant, si vous rencontrez des difficultés, soit que les actions que vous mettez en oeuvre ne produisent pas les effets attendus, ou bien si après avoir constaté une évolution positive, votre chiot semble régresser, il conviendra alors de vous faire assister par un Caniconsultant pour vous permettre d'amener votre petit compagnon à faire cet apprentissage, capital pour le confort de votre cohabitation.

Catégorie : Problématiques

Imprimer l'article Imprimer l'article


Le Caniconsultant
La consultation
Contact
Articles
Recherche



Visites

 32552 visiteurs

 2 visiteurs en ligne

Hébergement
Site hébergé par OVH
^ Haut ^